Immunité le ticket gagnant : zinc + probiotiques !

L’automne est là. Vous le savez, c’est le moment de renforcer votre système immunitaire. Aujourd’hui, nous allons vous faire découvrir deux atouts absolument indispensables pour prévenir et affronter les infections hivernales. Le premier est issu du monde minéral, le second appartient au règne du vivant.

1. Le zinc

Le zinc est un oligo-élément. C’est à dire un nutriment minéral dont notre corps a besoin en toute petite quantité. Il n’est présent qu’à l’état de traces dans notre organisme qui n’en contient qu’environ 2 grammes en tout et pour tout. Pour cette raison, pendant très longtemps, on a négligé son intérêt dans le domaine de la santé humaine qui n’a été découvert que dans les années 1960. On a ainsi découvert que le zinc, puissant antioxydant, est aussi un facteur indispensable à plus de 200 processus enzymatiques vitaux.

Ses propriétés, font que de nombreuses recherches sont en cours sur son utilité dans diverses pathologies (dépressions nerveuses, DMLA, diabète…). Mais, aux doses alimentaires, le zinc a surtout prouvé son intérêt au niveau des cheveux et de la peau, en particulier dans le traitement de l’acné et du psoriasis, dans la prise en charge des troubles de la vision, du goût et de l’odorat, et dans son rôle contre les infections. C’est ce dernier aspect que nous aborderons ici.

AltText

Acné et psoriasis

AltText

Troubles de la vision

AltText

Troubles du goût et de l’odorat

AltText

Infections

Le rôle du zinc dans l’immunité et contre les infections

Ce sont les légères carences en zinc, très souvent observées chez les personnes âgées, qui ont permis de décrypter le rôle essentiel du zinc dans quasiment tous les processus immunitaires.

Le zinc nous permet de synthétiser des anti-inflammatoires - les prostaglandines - qui vont lutter, par exemple, contre l’inflammation de la muqueuse nasale en cas de rhume viral ou de rhume des foins. Ensuite, le zinc favorise la production et l’activation de certains globules blancs : les macrophages et les lymphocytes T. Ces derniers sont chargés d’éliminer les virus, bactéries ou autres intrus dangereux. Dans un deuxième temps, ils envoient un signal aux lymphocytes B qui vont créer des anticorps spécifiques au pathogène détecté.

L’action sur le système immunitaire du zinc est donc triple : anti-inflammatoire, anti-infectieuse et activation de la synthèse d’anticorps.

Quand on manque, ne serait-ce que légèrement, de zinc on est plus souvent atteint par les infections virales ou bactériennes, les symptômes en sont plus graves et on guérit moins vite.

Ainsi, pris dès les premiers symptômes, le zinc diminuerait la durée et la gravité du rhume. Une prise de zinc pendant 5 mois à titre préventif, réduirait le nombre de rhumes ainsi que la quantité d’antibiotiques prescrits chez les enfants . Lors de ces études, seuls le gluconate et l’acétate de zinc auraient montré une action antivirale3.

Aux USA, des experts ont recommandé la supplémentation en zinc dans le cadre de mesures préventives en cas de survenue de pandémie de grippe H1N1. Ils se sont appuyés sur des études qui démontrent que le zinc provoque l’autodestruction (apoptose) des cellules infectées par le virus de la grippe, ce qui facilite leur phagocytose par les globules blancs. Ce qui empêche la duplication du virus et sa propagation dans l’organisme.

Chez des personnes âgées résidant en EHPAD, un déficit en zinc a été corrélé avec la survenue, la gravité et la durée de pneumonies.

Des recherches initiées par l’OMS, ont montré qu’une supplémentation en zinc diminuait la survenue de deux types d'infections infantiles gravissimes dans les pays en voie de développement : les diarrhées et les infections respiratoires.

Enfin, une supplémentation en zinc permet de renforcer le système immunitaire face à une mycose, qu'elle soit sur la peau, les ongles ou vaginale.

Les déficits en zinc touchent 1 français sur 2

L'organisme ne peut pas stocker le zinc, ce qui implique des apports réguliers. Les apports journaliers recommandés en zinc pour les adultes sont de 8 mg pour les femmes et 10 mg pour les hommes. C’est très peu. Et cependant, en France, comme dans toutes les sociétés occidentales, les carences légères en zinc touchent 1 personne sur 2 ! Dans l’étude Val-de-Marne (1989), 18 à 25 % des enfants, 25 à 50 % des adolescentes et hommes adultes, et 57 à 79 % des adolescentes et femmes adultes ne recevaient pas les 2/3 des apports recommandés en zinc.

Sous forme de sel minéral, le zinc pénètre mal dans le corps. Il est mieux absorbé sous forme organique, celle des animaux. Les aliments qui fournissent le plus de zinc sont donc : les fruits de mer, les abats, la viande, et les fromages comme le maroilles ou le morbier.

AltText

Fruits de mer

AltText

Abats

AltText

Viande

AltText

Fromages

Or, on ne mange plus d’abats de viande (foie, cœur…). Notre alimentation devient de plus en plus végétarienne, et on fuit les produits laitiers. De plus, les techniques agricoles modernes appauvrissent les sols et donc les cultures en zinc. Enfin, la part de plus en plus importante des céréales dans notre alimentation a pour effet de nous faire consommer plus de phytates qui diminuent l’absorption intestinale du zinc.

Les personnes les plus susceptibles de manquer de zinc sont les végétaliens, les personnes ayant subi une chirurgie contre l’obésité, celles souffrant d’un défaut d’absorption de ce minéral en raison d’une maladie inflammatoire intestinale ou d’un excès de perte par fuite urinaire du zinc (en cas de diabète, d'hypercatabolisme protéique, maladie rénale). Ce qui explique les carences en zinc observées chez les personnes âgées.

Or, un déficit en zinc peut entraîner une diminution des fonctions immunitaires (infections fréquentes et blessures qui guérissent mal), des troubles de l’odorat et du goût, une baisse de la fertilité masculine, des dermatites, de la diarrhée, une dépression, une perte de poids, de l’irritabilité. Et aggraver les maladies cardiovasculaires, les diabètes…

Comment bien se supplémenter en zinc ?

Une supplémentation sécuritaire de 15 mg pour un adulte et de 7,5mg pour un enfant au-dessus de 10 ans est donc recommandée pour rendre son système immunitaire performant jusqu’au printemps.

Mais quelle forme de zinc choisir ? Car, il existe beaucoup de sels de zinc sur le marché : oxyde, sulfate, citrate, acétate…

QuantaveinoGEL

Il faut absolument privilégier une forme organique de type acétate ou gluconate qui sont les plus assimilables (les sels minéraux comme l’oxyde de zinc l’étant très peu). Toutes les études cliniques, et les médicaments, font majoritairement appel au gluconate de zinc dont l’absorption, la distribution dans l’organisme, l’activité et l’efficacité sont très copieusement documentées. C’est, à mes yeux, le gluconate de zinc qui présente les meilleures garanties.

2. Probiotiques et immunité

Notre tube digestif contient des milliards de bactéries qui forment notre microbiote ou flore intestinale. Les ferments lactiques comptent parmi les principaux probiotiques. Ils ne proviennent pas du lait et n’en contiennent pas. Leur nom vient du fait que ces bactéries décomposent un sucre, le lactose, qu’on trouve dans le lait. Cette propriété fait qu’elles sont utilisées dans la production de yogourt d’où leur nom de ferments lactiques. Les principaux ferments lactiques qui peuplent notre flore sont le genre lactobacillus et le genre bifidobacterium.

On connait depuis longtemps le rôle immunitaire des probiotiques au niveau du tube digestif. D’ailleurs, 70 % des cellules immunitaires de notre corps sont situées dans l’intestin, ce qui illustre bien l’importance du système immunitaire intestinal. Il apparait aujourd’hui que l’interaction des probiotiques avec le système immunitaire ne se limite pas à l’appareil digestif. Les résultats de plusieurs essais cliniques indiquent que les bactéries lactiques stimulent la production de divers anticorps dans l’organisme humain. Par exemple, des suppléments de Lactobacillus GG ont procuré une protection légère, mais significative, contre les infections du système respiratoire.

3.  QuantaZinc

Pour un renfort optimal de votre immunité, PhytoQuant innove en associant du zinc et 2 souches microbiotiques.

Pendant l’automne et l’hiver, QuantaZinc vous apportera chaque jour :

-15 mg de zinc sous forme de gluconate hautement assimilable.

-10 milliards de probiotiques (lactobacilus reuteri + bididobcatrium longum).

QuantaZinc vous sera utile dans toutes les situations de prévention, d'accompagnement ou de convalescence d'infections (ORL, cutanés, gastro-intestinales…). QuantaZinc pourra être aussi utilisé pour les problèmes de peau (acné, dermatite, psoriasis), les troubles du goût et de l’odorat, et pour améliorer la vision crépusculaire. N'hésitez pas à demander conseil auprès de votre praticien de santé.

Vous pouvez découvrir 20 solutions naturelles et les 5 règles d’or pour renforcer votre immunité en téléchargeant notre GUIDE DE L’IMMUNITE 2022.

 
Frédéric Khodja

Références :

1 Modulating the immune response by oral zinc supplementation: a single approach for multiple diseases. Overbeck S, Rink L, Haase H. Arch Immunol Ther Exp (Warsz). 2008 Jan-Feb;56(1):15-30. Review.

2 ES. Wintergerst & al. Contribution of selected vitamins and trace elements to immune function. Ann Nutr Metab. 2007; 51: 301-23

3 Zinc for the common cold. Singh M, Das RR. Cochrane Database Syst Rev. 2011 Feb 16;2:CD001364.

4 https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=zinc_ps

5 Srivastava V. et al. « Influenza A virus induced apoptosis: Inhibition of DNA laddering & caspase-3 activity by zinc supplementation in cultured HeLa cells » Indian J Med Res. 129, May 2009, p. 579-586

6 Meydani SN et al. Serum zinc and pneumonia in nursing home elderly. Am J Clin Nutr 2007;86:1167–73.

7 B.B. Junaidah et al. Low zinc status: a new risk factor for pneumonia in the elderly?. Nutrition Reviews, Volume 68, Issue 1, 1 January 2010, Pages 30–37, https://doi.org/10.1111/j.1753-4887.2009.00253

8 Roth DE et al. « Acute lower respiratory infections in childhood: opportunities for reducing the global burden through nutritional interventions » Bulletin of the World Health Organization 2008;86:356–364.

9 Cross ML. Immunoregulation by probiotic lactobacilli: pro-Th1 signals and their relevance to human health Clin Appl Immunol Rev 2002; 3: 115–25. Cité dans : Haddad PS, Azar GA, et al. Natural health products, modulation of immune function and prevention of chronic diseases. Evid Based Complement Alternat Med. 2005 Dec;2(4):513-20. Texte integral : http://ecam.oxfordjournals.org

10 Gill HS, Rutherfurd KJ, et al. Enhancement of immunity in the elderly by dietary supplementation with the probiotic Bifidobacterium lactis HN019Am J Clin Nutr 2001; 74: 833–9.

11 Probiotics and immunity. Borchers AT, Selmi C, et al. J Gastroenterol. 2009;44(1):26-46. Epub 2009 Jan 22. Review.

12 Arunachalam K, Gill HS, Chandra RK. Enhancement of natural immune function by dietary consumption of Bifidobacterium lactis (HN019).Eur J Clin Nutr. 2000 Mar;54(3):263-7.

13 Sheih YH, Chiang BL, et al. Systemic immunity-enhancing effects in healthy subjects following dietary consumption of the lactic acid bacterium Lactobacillus rhamnosus HN001.J Am Coll Nutr. 2001 Apr;20(2 Suppl):149-56.

14 Hatakka K, Savilahti E, et al. Effect of long term consumption of probiotic milk on infections in children attending day care centres: double blind, randomised trial.BMJ. 2001 Jun 2;322(7298):1327. Texte intégral : http://bmj.bmjjournals.com

15 Impact of the administration of probiotics on the incidence of ventilator-associated pneumonia: a meta-analysis of randomized controlled trials. Siempos II, Ntaidou TK, Falagas ME. Crit Care Med. 2010 Mar;38(3):954-62.